Un regard oblique... Le terme nous ramène aux passants honnêtes de la chanson de Brassens.
   Le regard que le photographe accorde aux choses, dans le sens le plus général, se doit de se porter incisif,
de faire lever ce qui n’apparaissait pas, comme une lumière oblique mets en évidence la structure.
   Le passant honnête voit sans savoir toujours ce qu’il voit. Son regard reste subjectif.
Le photographe met en scène l’image latente qu’il ignorait au moment même ou il la cueillait.
   A chaque regardeur de laisser résonner en lui les siennes propres.

François B.


descendre jusqu'en bas de la page
pour la totalité des vignettes.
cliquer sur une pour l'agrandir

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        Retour au sommaire

Un Regard Oblique

D-04 Kiefer 22 L-04 11 089 L-04 11 100 L-08 023 L-08 093 L-08 69
L-13 091 L-13 214 p760922 070245 071262 071932
150145 150615 151014 151322 170942 181643
251343 310646 331952 380335 501123 760712
810446 820721 822473 883336 890246- 942536
942544 942551 942756 943045 943211 943254
943432 943611 943711 951655 951753 960122
970462 970634 9421037


Generated by Galerie